Bonheur et psychologie positive

Accompagner le sevrage des addictions et d’autres maladies avec la « happiness therapy »

Pour amplifier le bonheur instantané de convalescents ou de personnes dans d’autres situations, la psychologie positive peut être une aide importante auto-administrée sous forme de courts exercices.

Soleil, Heureux, Or, Jaune, Rayons

 

Des chercheurs du Massachusetts General Hospital ont effectué une toute première étude afin de savoir si la psychologie positive pouvait stimuler le bonheur des personnes en convalescence et plus particulièrement celles en sevrage d’addiction. En effet, chez les Panda, Petit Panda, Bébé Panda, Bébétoxicomanes, le cerveau, sous l’influence des drogues, est submergé de dopamine, protéine du plaisir. 


Les spécialistes des addictologies ne se restreignent pas à réduire ou supprimer la consommation de drogues mais prennent en compte dans les traitements la qualité de vie. Or, les expériences positives vont partie intégrante de cette Cat, Yin Yang, Chaton, Symbole, Purplequalité de vie.

 

 

Réaliser des auto-exercices mentaux

Un sondage en ligne a été proposé à cinq cent personnes rencontrant des problèmes de drogue. Cinq exercices, d’une courte durée de quatre minutes, sont à réaliser par les participants en complément de leur cure de sevrage.

Trois de ces exercices ont apporté du bonheur aux personnes de manière significative. Voici ces exercices par ordre de gain de satisfaction :

Sondage, Commentaires, Employé

  1. Revivre un moment de bonheur : Il s’agit de choisir une photo qui montre un moment de bonheur de leur vie et décrire par un texte ce moment.
  2. Savourer : L’exercice consiste à se remémorer deux expériences positives qui ont eu lieu la veille dans la vie du participant.
  3. Rose, épine, bourgeon :  Enoncer un moment important vécu la veille ainsi qu’une difficulté surmontée et un plaisir envisagé le lendemain.

Parmi l’ensemble de ces exercices, l’un a eu un impact négatif entraînant une réduction significative du bonheur. Il était question de l’exercice « 3 choses difficiles » qui consistait à énoncer et décrire 3 défis que les participants avaient rencontrés la veille.

Elargir à d’autres applications

A l’aide de ces exercices de psychologie positive, les patients en état de dépendance peuvent trouver un soutien important. De plus, l’efficacité et l’utilisation facile de ces exercices pourraient entrer dans le traitement d’autres pathologies qui altèrent le plaisir et le bonheur.

Marguerite, Leucanthemum, Composites

Les résultats de ce sondage montrent l’importance des expériences positives durant l’état de convalescence  et pour que l’effort soit durable, les expériences positives doivent être effectuées au cours de traitement. C’est ce qu’a déclaré le professeur Hoeppner, agrégé de psychologie au service de psychiatrie de la Harvard Medical School.