Conséquences & opportunités

Stressed BusinesswomanEfficacité professionnelle

Selon l’Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (EU-OSHA), le coût du stress ne se limite pas aux soins nécessaires mais se répercute également au niveau de la société par l’absentéisme, le remplacement des personnes malades, la diminution de la productivité dans l’entreprise :

  • USA : 150 à 200 milliards/an
  • Angleterre : 37 à 38 milliards de livres sterling/an
  • Suisse : 4.2 milliards de francs suisses
  • Europe : 2 à 3 milliards d’euros : 1 travailleur sur 3 est touché par le problème.

Le stress au travail est un risque professionnel auquel les entreprises doivent faire face, quelle que soient leur importance.

En France, 73% des salariés se disent « stressés » au travail, 11 % ont déjà eu au moins un arrêt maladie lié au stress, 56 % pensent que le stress au travail va s’aggraver. Ces salariés se plaignent de surcharge de travail, de manque de reconnaissance, d’absence de soutien, de pression accrue…

(Sondage CSA, juillet 2000)

Il est aujourd’hui nécessaire de :

  • Reconnaître que les contextes professionnels de course à la productivité, de pression, d’objectifs, de résultats à atteindre doivent faire l’objet d’actions collectives et/ou individuelles adaptées au personnel, pour prendre en compte, réduire et gérer ce stress organisationnel afin d’optimiser l’efficacité professionnelle.
  • Agir sur les répercussions du stress organisationnel impactant la productivité des entreprises (arrêt maladie, turn-over, non-qualité, démotivation…) et permettre au personnel  de gagner en efficacité professionnelle.

Le bureau international du travail (Mental Health in the Workplace) a tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps et a publié une étude. Cette étude insiste sur les conséquences psychologiques du stress telles que la dépression, les troubles anxieux et précise que le stress parait de plus en plus rattaché aux problèmes relationnels.